Une traduction ?  

   

Flash Info (dernière)  

Non, le moustique-tigre n’est pas encore « arrivé »

Avec les températures douces du début d’année, la question du « réveil » du moustique-tigre est souvent posée voire prématurément annoncée. Cette espèce effectue une diapause (ou hibernation), au niveau de ses œufs, à partir de l’automne et jusque dans le courant du printemps. Le moustique-tigre est toujours globalement en diapause actuellement.

Lire la suite...
   

   

La chasse aux lieux de ponte

   

Implantation du moustique-tigre (échelle communale)

   

Implantation du moustique-tigre (bassin de population)

   

Implantation du moustique (58 départements colonisés)

   

Les traitements de lutte antivectorielle (LAV)

Mode opératoire des traitements de lutte antivectorielle (LAV)

et affiche informative

Clic ci-contre

Traitements imagocides* (de démoustication) au titre de la lutte antivectorielle (LAV)

La « lutte antivectorielle » a pour objectif de casser une éventuelle chaîne de transmission vectorielle et d’éviter ainsi une épidémie.

Elle intègre une panoplie variée de moyens préventifs et curatifs, combinant principalement les « participations communautaires » (comportements préventifs) et les traitements insecticides. Elle mobilise une pluralité d’acteurs, sanitaires, scientifiques et techniques, de l’État, des collectivités territoriales et du domaine de la recherche.

Les traitements imagocides (contre les moustiques à l’état adulte) sont une composante de la lutte antivectorielle (LAV) qui consistent en des opérations insecticides, contre les moustiques potentiellement vecteurs de maladies.

Ces traitements sont effectués par l’EID Méditerranée, opérateur public, pour le compte des conseils généraux concernés, à la demande de l’Agence régionale de santé (ARS) du Languedoc-Roussillon. Ils sont réalisés autour du lieu de vie d’un cas « suspect » – ou, a fortiori, avéré – de dengue ou de chikungunya, dans un secteur où le moustique vecteur potentiel (Aedes albopictus) est installé (niveaux 1 et suivants du plan national antidissémination du chikungunya et de la dengue). Il s’agit d’éliminer, sur un territoire restreint (150 mètres de rayon environ, à partir du lieu où a séjourné le cas « suspect »), compte tenu des faibles capacités de dispersion des Aedes albopictus, les moustiques à l’état adulte.

* imagocide : traitement contre les moustiques à l'état adulte

   

Chez vous : adoptez les bons gestes !

   

Chez vous : adoptez les bons gestes !

   

Accès Facebook  

   

Espace documentation  

   

Site de signalement  

   
© EID MED / 2013