Moustique-tigre : encore en diapause (hibernation)

Avec les températures clémentes durant certaines journées de la période actuelle, la question du « réveil » du moustique-tigre Aedes albopictus est parfois posée. Rappelons que cette espèce effectue une diapause (ou hibernation), au niveau de ses œufs, à partir de l’automne et jusque dans le courant du printemps.

Eh bien, le moustique-tigre est toujours en diapause actuellement. Les conditions de températures ne sont pas le seul paramètre à entrer en compte dans son réveil. La photopériode (rapport entre la durée du jour et la durée de la nuit) joue un rôle essentiel : dans nos régions tempérées, elle est le facteur limitant la levée de diapause. Ainsi, depuis que le moustique-tigre a commencé son installation sur le territoire métropolitain français, en 2004, les toutes premières (et rares) larves n'ont pas été observées, pour les cas les plus prématurés, avant la dernière dizaine de mars, et, en situation habituelle, à partir de courant avril. Tout porte à croire, donc, que la durée du jour avant cette période reste déterminante dans la levée de diapause. Le phénomène est ensuite progressif. Pour des populations de moustiques-tigres non diapausantes qui pourraient avoir survécu (en serre, par exemple), des températures douces peuvent générer un regain d'activité, mais ces populations sont trop rares et éparses pour les considérer autrement que des exceptions locales.

Le moustique-tigre redevient actif très progressivement à partir de courant avril et la perception de sa nuisance commence à être sensible à partir de courant mai. Sa nuisance va ensuite crescendo jusqu’à l’automne.

   
© EID MED / 2021